Ces dernières années, les Balkans ont été meurtris dans leur chair et dans leur âme. Le pont de Mostar et la bibliothèque de Sarajevo, entre autres, resteront pour longtemps les symboles de cette souffrance. A l’époque où l’Union européenne se consolide et s’élargit, il nous est impensable d’oublier les pays des Balkans. Pour contribuer à leur intégration dans l’Union qui doit les aider à retrouver la paix et la stabilité, l’association Balkans-Transit se donne pour objectif de développer des échanges culturels avec les différents pays de cette région.
Balkans-Transit, association "loi 1901", a été créée début 2000 à l’initiative de Laurent Porée dans le but de faire découvrir la culture et le patrimoine de la péninsule des Balkans et de les utiliser comme outils de tolérance, de connaissance et de reconnaissance mutuelles. Depuis juin 2005 l’événement les "Rencontres autour de la culture des Balkans" se nomme "Printemps Balkanique".

Manifestations réalisées :

Huit événements et 6 préambules ont permis à Balkans-Transit de faire connaître la détermination de ses objectifs et le sérieux de ses actions. Tout ce travail n’a néanmoins été possible que grâce à l’intérêt manifesté par les tous partenaires mobilisés : individuels, associations et structures culturelles.

Bosnie, si je t’oublie..." - 24 mars/15 avril 2000
“Ainsi baptisée, la première édition des Rencontres autour de la culture des Balkans a été labellisée "L’Europe, un patrimoine commun" par le comité français et le Relais culture Europe. Comment ne pas continuer un travail reconnu par le Conseil de l’Europe ? "En défendant un précieux humanisme, bien au-delà de l’"humanitaire", cet événement nous rappelle aussi, par la diversité de ses participants, que tous ceux qui, à Sarajevo, Mostar, Bihac, Travnik et ailleurs, ont résisté pour que ne s’éteigne pas l’intelligence, ont lutté autant pour nous que pour eux".
François Maspero (extrait de l’édito du programme, Bosnie si je t’oublie...).

L’Albanie à la conquête du soleil" - 05 mars/30 mars 2002
"Faire découvrir la culture et le patrimoine de la Péninsule des Balkans, telle est la belle ambition de l'association Balkans-Transit. Après la Bosnie en 2000, l'association a décidé pour cette deuxième
20édition des "Rencontres autour de la culture des Balkans" de mettre l'Albanie à l'honneur. D'Ismaïl Kadaré à Angelin Preljocaj, de Maks Velo à Fatos Arapi, artistes connus ou moins connus, tous ont répondu présents à l'invitation de Balkans-Transit et seront là pour témoigner de l'extraordinaire richesse culturelle de ce pays. Je me réjouis que de nombreuses villes de Basse-Normandie soient associées à cet événement et donnent ainsi une véritable dimension régionale à une manifestation plébiscitée par le public dès sa première édition. Enfin, je me félicite que ces deuxièmes "Rencontres autour de la culture des Balkans" accompagnent de manière exemplaire la promotion de la diversité culturelle, aujourd'hui au cœur de l'action de mon ministère. Je souhaite à toutes et à tous un excellent festival".
Catherine TASCA (édito du programme, L’Albanie à la conquête du soleil).

Hellade" - 24 mars/29 avril 2003
"Connaissons-nous la Grèce – la Grèce d’aujourd’hui ? Trop de belles images, un peu menteuses, nous empêchent de bien la voir : le blanc des ruines antiques, le bleu du ciel et de la mer nous cachent ses autres couleurs moins vives, mais plus vraies. Qu’on se le dise : la Grèce a elle aussi ses moments de grisaille, ses ombres, ses coins obscurs, et c’est cela surtout qui la rend vivante et passionnante.
Ces lumières et ces ombres mêlées parcourent les œuvres de ses artistes, étonnamment nombreux et talentueux pour un pays de taille modeste. Sa poésie actuelle est considérée par certains comme l’une des plus riches du monde ; ses prosateurs nous donnent chaque année plusieurs livres de premier plan ; nous avons beaucoup à apprendre aussi de son théâtre, de ses cinéastes, de ses musiciens... La Grèce est idéalement placée pour nous toucher, nous enrichir : orientale et européenne, lointaine et proche, elle permet de s’évader de soi, et en même temps de se retrouver...".
Michel VOLKOVITCH

"Une autre Grèce" - 02 mars/02 avril 2004
"Quelle noble ambition que celle de l'association Balkans-Transit, qui souhaite faire découvrir la culture et le patrimoine de la péninsule des Balkans en Basse-Normandie ! Cette année, à l'occasion de sa troisième édition des "Rencontres autour de la culture des Balkans", cette association ne pouvait pas mieux que faire honneur à la Grèce. C'est en effet en juin de cette année que le Conseil européen, réuni à Thessalonique sous présidence grecque, a adopté "L'Agenda pour les Balkans occidentaux", qui organise les efforts de l'Union européenne pour la stabilisation tant recherchée de cette région de l'Europe.
Ce festival culturel sera cette année encore l'occasion de multiples contacts et rencontres. Avec de nombreux autres artistes, tous aussi talentueux, les poètes Titos Patrikios et Katerina Anghelaki-Rooke, le photographe Aris Georgiou, notamment, seront présents à l'invitation de Balkans-Transit. Je souhaite à cette manifestation le plein succès qu'elle mérite. Je souhaite aussi à tous les participants de saisir cette occasion pour mieux connaître la Grèce, l'étendue de sa richesse culturelle et de son apport à la région des Balkans."
Noëlle LENOIR, Ministre Déléguée aux Relations Européennes (édito du programme).

"Bulgaria, Bulgaria !" - 29 mars/02 avril 2005
Trop sage pour avoir suscité l’attention des médias occidentaux depuis 1989, trop balkanique aussi pour ceux qui associaient à cette région des images de désordre et de guerres, la Bulgarie reste le pays d’Europe centrale et orientale le moins connu en France. Rares sont ceux qui ont pu contempler les flocons de neige venant s’accrocher sur les bulbes dorés de ses églises orthodoxes à Sofia, la douceur de vivre des maisons Renaissance et petites ruelles colorées de Plovdiv ou encore les contrastes de lumières, à flanc de montagne, dans la région des Rhodopes. Insolite, la Bulgarie regorge de couleurs et de chaleur humaine, d’attention joyeuse et des plaisirs culinaires. Euro-enthousiaste comme la France l’a rarement été, elle a connu de très profondes mutations en l’espace d’une quinzaine d’années et pose sur l’Ailleurs, sur l’Autre un regard fait d’inlassable curiosité. Son univers culturel porte les marques de cette ouverture, faite de relectures du passé et de quête d’une identité apaisée : la poésie y est un art largement cultivé ; les romans revêtent tour à tour allures de contes et d’épopées ; le théâtre, pris sur le vif du temps présent, commence à être connu et reconnu en France. C’est cette variété et cette fluidité que nous avons eu envie de vous faire partager. Il n’est
que temps de découvrir un pays où l’on sait accueillir et faire partager un art de vivre trop souvent oublié." Nadège Ragaru, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)

Bulgarie, terre d’Europe- mai et juin 2006 - 4e édition du “Printemps balkanique”
Sous le haut patronage de l'Organisation Internationale de la Francophonie “Nombreux sont les ponts que l’histoire a voulu jeter entre Bulgares et Français. Cependant, c’est à l’époque moderne que nous rencontrons les témoignages les plus convaincants des liens qui nous unissent. Et si la Bulgarie – le pays qui donna corps à l’œuvre des Saints Frères Cyrille et Méthode, protecteurs de l’Europe avec Saint Benoît – compte aujourd’hui parmi les plus anciens membres de la francophonie, ce n’est pas simplement dû à l’état de nos liens linguistiques. C’est un choix conscient : celui des valeurs dans lesquelles les Bulgares se reconnaissent. Je me réjouis que le Printemps balkanique accueille la Bulgarie cette année. Nous sommes ravis que l’invitation adressée par Balkans- Transit, soit suscitée par son intérêt pour la culture, héritière des civilisations que nos terres ont abritées, et dont nous avons conservé l’esprit. Lors de cet événement, la Bulgarie présentera le meilleur de sa culture et de ses beaux-arts avec l'ambition de conforter le prestige dont notre pays jouit à travers le monde. Les témoignages des traditions de longue date qui marquent les relations franco-bulgares sont nombreux et ils se poursuivent d’une manière pertinente et dynamique jusqu'à nos jours. L'appui politique porté par la France à l'adhésion de la Bulgarie à l'UE est évident, et le processus de négociations pour cette adhésion a donné une orientation concrète et d'actualité en favorisant une impulsion positive dans nos rapports bilatéraux. Je souhaite bonne chance à cette manifestation. Puisse-t-elle contribuer à la création d’une image dynamique et renouvelée de la Bulgarie !”
Stéphane Danaïlov, Ministre de la culture de la République de Bulgarie

Insolite Roumanie – 26 avril / 11 juin 2008 – 5ème édition du « Printemps balkanique »
Chers amis français,
C'est un grand plaisir de vous présenter mes vœux les plus chaleureux à l'occasion de la cinquième édition du Festival coordonné par l'Association "Balkans-Transit". Je tiens à remercier particulièrement les organisateurs qui ont décidé ce "Printemps balkanique" à la Roumanie.
Cette nouvelle édition est une occasion de faire connaître au public français la Roumanie qui privilégie le dialogue entre traditions et modernité, la Roumanie qui cultive ses affinités francophones. J'apprécie beaucoup cette rencontre fraternelle entre nos deux pays, la Roumanie et la France, d'autant plus qu'elle nous donne l'opportunité de renouveler une riche tradition d'amitié et de coopération culturelle.
Je suis certain que tous les événements de ce festival, les spectacles et les incursions dans le monde de la musique, de l'art et de la littérature contemporains, feront la joie de nos amis français qui célébreront "à la roumaine" ce nouveau "printemps balkanique". Je vous remercie, au nom des Roumains, pour votre amitié généreuse et je vous souhaite un grand succès !
Traian Bӑsescu, Président de la Roumanie

Petit nouveau d'une famille européenne qui ne cesse de s'agrandir, la Roumanie a discrètement rejoint le club communautaire en janvier 2007. Petit ? A voir. Fort de ses 22 millions d'habitants, le pays n'entend pas se laisser cantonner à un rôle de figurant – avec raison, car ses atouts, souvent méconnus, voire délibérément ignorés, n'en sont pas moins nombreux.
On parle peu de la Roumanie en France, et souvent mal. On répète les mêmes histoires, hétéroclites, parfois sordides – traitement des orphelins, corruption, respect du bien-être animal... - avec ce côté vaguement mythique, expiatoire, cathartique, des contes pour enfants. Tout cela existe, ne le nions pas. Rapporteur du Parlement européen pour la Roumanie, et au plus près du pays pendant le parcours – long et semé d'embûches – qui a mené à son adhésion, j'ai pu relever des dysfonctionnements, réels, préoccupants. Mais de là à y réduire la Roumanie, à en présenter une caricature dégradante, non, vraiment, merci.
On serait en droit d'attendre mieux, de la France: championne hors pair de la francophonie en Europe, francophone, francophile surtout – n'appelait-t-on pas jadis Bucarest le « petit Paris »? - la Roumanie mérite de voir dépassés les clichés qui lui collent. Certains acteurs – municipalités, associations, comme « Balkans Transit » - s'y attèlent, avec patience, dans la discrétion, sur le long terme, nouant des contacts locaux, multipliant les possibilités de coopération, jetant des ponts, tissant tout un tricot de micro-solidarités au coeur des villes et des villages, une coopération de proximité pratiquée à la faveur d'échanges, de rencontres pluridisciplinaires, de projets créatifs, de découvertes mutuelles...
La 5ème édition du Printemps Balkanique permettra ce tour de force, que les médias français eux-mêmes n'ont pas pu – ou voulu – réussir: parler de la Roumanie autrement, élargir le spectre, étendre le champ de vision, élever le regard, loin des raccourcis – si tentants – et des étiquettes – si commodes – pour découvrir un autre pays, l'« insolite Roumanie ».
Monsieur Moscovici,
Ancien Vice-Président du Parlement Européen en charge de l'entrée de la Roumanie dans l'Union Européenne

5ème édition du « Printemps balkanique » – 31 mars / 28 mai 2010
La Macédoine, ce si petit pays, a tant à nous apprendre. Sur quelques milliers de kilomètres carrés se concentre toute la richesse de deux mille cinq cents ans d'histoire de notre continent. L'Europe, de l'Antiquité à nos jours, s'est pour partie construite au creux des Balkans, dans cette zone à la confluence des influences, grecque, slave, ottomane… C'est donc avec la plus grande impatience que l'on attend la 6e édition du Printemps balkanique qui a choisi cette année de mettre à l'honneur cette Macédoine à la culture si riche. 10 ans après sa création, le Printemps Balkanique est devenu l'un des rendez vous incontournables de la saison culturelle Normande. Grâce au travail remarquable de ses organisateurs et à leur amour pour les Balkans, cette manifestation a su se faire reconnaitre bien au-delà des frontières de notre région. Elle a surtout révélé à un public chaque fois plus nombreux la richesse culturelle de cette part majeure de notre continent. A travers le foisonnement des découvertes culturelles proposées à chacune de ses éditions, le Printemps Balkanique nous ouvre les portes de l'Europe du Sud-est avec beaucoup d'émotion et de passion. A chaque fois les liens se tissent et se renforcent entre nos pays et nos cultures, mais aussi entre les artistes et les citoyens dans une logique de développement culturel toujours réaffirmée.
Je vous souhaite à toutes et à tous de très agréables moments lors de ce beau printemps macédonien qui s'annonce !
Monsieur Duron,
Député – Maire de Caen

Depuis la participation de la France à l’élaboration des accords de paix d’Ohrid et celle de Robert Badinter aux travaux d’établissement de la constitution macédonienne, la France et la Macédoine entretiennent des relations étroites. Que ce soit dans les domaines économique, culturel, éducatif ou universitaire, le travail partenarial réalisé est le gage d’une coopération constructive et durable, placée sous la volonté partagée d’accompagner cette jeune République vers l’Union Européenne. Dans ce contexte, la Basse-Normandie et la Macédoine ont signé, le 20 octobre 2009, 3 ans après le protocole d’intention, leurs accords de coopération, annonçant un partenariat de long terme entre eux et de nombreux acteurs bas-normands et macédoniens. Fruit d’une volonté commune de participer au développement des deux territoires, cette coopération incite non seulement les populations à s’engager dans une citoyenneté locale et européenne active, mais encourage aussi les coopérations institutionnelles et économiques, tout cela dans un esprit de réciprocité et d’échanges. La biennale de l’association Balkans-Transit, le Printemps Balkanique, représente parfaitement l’esprit de coopération et de partenariat que la Région Basse-Normandie souhaite promouvoir dans toutes ses actions. La Macédoine est l’invitée d’honneur du festival cette année et au delà du plaisir de recevoir de nombreux acteurs culturels de ce pays ami, c’est l’ouverture sur le monde et les échanges interculturels européens que nous plaçons au cœur de ce bel évènement.
Le Président de la Région Basse-Normandie

 

Editos des partenaires du 7ème « Printemps balkanique » - Etincelante Croatie

Depuis plus de 10 ans, les artistes d’Europe du Sud-Est se donnent rendez-vous en Normandie pour le festival culturel du Printemps balkanique. Ce festival est une invitation à découvrir l’univers créatif d’une région qui est une mosaïque de cultures, un carrefour des civilisations. C’est aussi le moyen pour des dizaines de professionnels, cinéastes, auteurs, musiciens de se rencontrer et de travailler ensemble. J’ai eu le plaisir de participer à ce festival en 2006, lors de l’édition consacrée à mon pays, la Bulgarie. Cette année encore, les nombreux ateliers, concerts ou projections témoigneront de la vitalité de la création en Europe du Sud-Est. La Croatie mise à l’honneur en est l’illustration, pour sa scène contemporaine ou ses traditions – la musique Becarac, le chant Ojkanje, inscrits par l’UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. J’étais à Poreč (Croatie) en 2011, pour le forum des jeunes sur le Patrimoine mondial. Je garde le souvenir marquant de leur enthousiasme, de leur attachement à la culture comme source de dialogue et de progrès. L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) s’engage à leurs côtés pour bâtir des réseaux de créateurs pour tisser des liens à travers toute la région. J’y suis personnellement très attachée, et je suis très heureuse de saluer la contribution du Printemps balkanique à cet effort. Bon festival à tous !

Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO

 

Dans quelques mois, le 1er juillet 2013, la Croatie intégrera l'Union européenne. Ce jeune pays du sud-est de l'Europe, reconnu internationalement en 1992, a vécu en moins de 30 ans la fin d'un régime communiste autoritaire, l'effondrement de la Yougoslavie et une guerre d'indépendance. Aujourd'hui, touché par la crise économique mondiale, il retrouve dans le même temps l'espoir d'une paix durable, garantie par son entrée dans une communauté qui unit plus de 500 millions de citoyens.

Rendez-vous devenu incontournable en Normandie, le 7e Printemps balkanique nous propose, pendant deux mois, de rencontrer les artistes qui font l'actualité et l'identité de la Croatie d'aujourd'hui. Musiciens, auteurs, réalisateurs, photographes, plasticiens… ils vivent dans une jeune nation mais sont également les héritiers d'une culture multimillénaire inspirée des civilisations slaves, vénitiennes et austro-hongroises.

Partenaire de l'évènement, la Ville de Caen accompagne ce lien passionnel entretenu avec les Balkans en apportant un soutien matériel et financier au festival. Pour ses valeurs éducatives et humanistes et pour ce dialogue interculturel qu'il favorise, ce nouveau Printemps balkanique est placé sous le haut patronage de la commission nationale française pour l'UNESCO. Il s'inscrit aussi dans l'esprit des grands festivals caennais – Passages de témoins, Les Boréales, Nördik Impakt, Danse d'ailleurs – qui portent une volonté commune de rencontre de l'autre, d'ouverture sur le monde et d'exploration de nouvelles formes artistiques.

Philippe Duron, Maire de Caen Député du Calvados

 

L’Escale croate », en préambule, nous avait déjà mis en appétit, l’année dernière ; nous nous délectons à l’avance du plat de résistance de cette « Étincelante Croatie ». Comme elle le fait avec brio depuis le début de ce siècle, l’association Balkans Transit poursuit son exploration des régions du Sud-est de l’Europe, pour nous en livrer les multiples facettes culturelles, loin des stéréotypes, et favoriser le rapprochement entre les peuples.

La Croatie, qui représente trois fois la Basse-Normandie pour sa population comme pour sa superficie, tombe à point nommé en cette année 2012. Tout juste vingt ans après sa reconnaissance internationale, ce jeune pays bordant la mer Adriatique vient de dire « Oui » par référendum à son intégration dans l’Union européenne, et devrait en devenir le 28e État membre le 1er juillet 2013.

Il nous tarde donc de découvrir ses films et ses spectacles, son cirque contemporain et sa gastronomie, ses musiciens, ses artisans, ses écrivains… N’en doutons pas, ce « Printemps balkanique » sera une fois encore à la hauteur de l’ambition qu’il partage avec la Région : ouvrir au monde les Bas-Normands !

Il s’acquitte de cet objectif en étant présent sur l’ensemble du territoire régional - et même au-delà -, en organisant des rencontres et des spectacles dans le milieu scolaire, dans les hôpitaux et les centres de détention, mais aussi en initiant des échanges et des coopérations entre artistes normands et balkaniques.

À toutes et à tous, je souhaite un bon voyage au pays de l’« Étincelante Croatie » !

Laurent BEAUVAIS, Président de la Région Basse-Normandie

 

Retour à l'accueil